LOGISTIQUE

À votre service


This post is also available in: Anglais

Dans une économie mondiale bouleversée par la crise sanitaire, le secteur du transport et de la logistique s’est avéré vital lorsqu’il a fallu maintenir à flot la chaîne d’approvisionnement ; le pays entier s’est aussi rendu compte de la nécessité des emplois qu’elle génère, mais pour autant, la question de la visibilité de la logistique et de la reconnaissance de ses travailleurs et de ses travailleuses reste entière.

Peu présente dans l’iconographie, ou même l’actualité, la logistique façonne pourtant nos paysages en France par l’implantation d’immenses et mystérieux entrepôts le long des grands axes de communication, souvent éloignés des centres villes, et elle emploie des dizaines de milliers de personnes, aux métiers et qualifications variées.

C’est ce monde assez peu connu, rouage essentiel de notre économie et de notre société, dont nous sommes toutes et tous les usager.e.s, que j’ai exploré afin de livrer des scènes de vie au travail, des portraits, accompagnés de témoignages, ainsi que des photos de paysage. J’ai arpenté des plateformes logistiques, mais aussi les routes qui les desservent pour y rencontrer celles et ceux qui y travaillent, à toute heure du jour et de la nuit. La « supply chain » ne dort jamais…

Si on voulait donner une définition rapide et synthétique de la logistique, on pourrait dire que c’est l’art et la manière de mettre à disposition un produit donné au bon moment, au bon endroit, au moindre coût et avec la meilleure qualité. Si d’un côté logistique rime avec Amazon et artificialisation des sols, crispant de nombreux esprits et faisant se déployer des banderoles de protestation, la filière est néanmoins le cinquième recruteur en France, comptant 1,8 million d’emplois en France, soit 4 fois le secteur automobile. J’ai donc souhaité m’intéresser aux gens de la filière, les rencontrer, savoir quels étaient leurs métiers, leurs itinéraires, connaître leur ressenti après la crise sanitaire et donner une visibilité à des professionnel.le.s qui n’ont probablement pas eu la reconnaissance qu’ils méritaient. Ce n’était pas pour eux que les casseroles résonnaient à 20 heures pendant le confinement du printemps 2020, et pas de mots doux non plus accrochés aux balcons. Comme beaucoup l’ont pourtant dit : « Si on n’était pas là, les frigos seraient vides ».

Au terme de nombreux échanges avec des experts, des chercheurs, différentes associations professionnelles (logisticiens purs ou acteurs de l’immobilier qui hébergent ces activités), j’ai pu réaliser ces reportages dans 5 entreprises, révélant des univers multiples ; j’y ai croisé le chemin de femmes et d’hommes qui chaque jour, à leurs postes, s’efforcent de satisfaire nos besoins essentiels mais aussi des désirs plus futiles ou compulsifs encouragés par une société de consommation toujours plus gourmande et frappée d’hyperactivité.
Parcours dans l’alimentaire avec FM Logistic, STEF et Biocoop, dans la cosmétique de luxe avec FM Logistic de nouveau, le textile avec la marque de vêtements féminins ba&sh et la messagerie avec Mondial Relay.
Les reportages ont été réalisés en Ile-de-France et dans le Loiret.

Ce reportage, pensé comme une mise en lumière de personnes trop souvent dans l’ombre, entend montrer ce que nous sommes nombreux à ne pas voir et à ignorer : le « back office » de notre consommation de biens et marchandises. Comme le disait Washington, agent de quai en messagerie : « Je crois que beaucoup de gens ne se rendent pas compte, il faut venir nous voir pour comprendre à quel point nous travaillons dur ».

Sophie Loubaton


«
Ces photographies ont été produites dans le cadre de la grande commande nationale « Radioscopie de la France : regards sur un pays traversé par la crise sanitaire » financée par le Ministère de la culture et pilotée par la BnF. »

 


 

LOGISTICS

When the global economy faced severe disruption during the COVID crisis, the transport and logistics sector emerged as a vital element in keeping the supply chain intact. The whole country came to realise the importance of the sector’s labour force, but the visiblity of the industry and of its workers remains an open question.

Even though it is not an activity that the public identifies easily with, and is generally absent in the media, the logistics industry has nonetheless sculped the French countryside through the creation of huge, mysterious warehouses along major highways, often far from any major towns. It employs tens of thousands of people, with various roles and multiple qualifications.

I wanted to study this universe upon which we all depend, which remains relatively unknown even though it is an essential part of our economy and of our society. I photographed scenes of daily life at work, made portraits and interviews, as well as photographs of the landscape. I spent time visiting warehousing hubs, but I also explored the roads that feed them in order to meet those who work there, night and day. The supply chain never sleeps….

If you had to define logisitics in a quick and simple manner, you could say that it is the art of getting a given product to the right place, at the right time, as cheaply as possible and with the highest degree of quality. While for some, logistics means Amazon with its appetite for transforming greenfield sites into hangars, leading to protest marches, it is still the industry which is the fifth biggest employer in France, with 1,8 million employees, or four times those of the automotive sector. It is for that reason I decided to go out and meet the people working in logistics, to understand their jobs, their relationship with work, and to hear how they felt after the COVID crisis. Finally I hoped to give some visiblity to these professionnals whose real value was probably never fully recognised. The chorus of saucepans at 8pm during the confinement of Spring 2020, accompanied by words of encouragement hung from balconies, was not for them. However, as many of them remarked, « if we had not been there, the fridges would have gone empty ».

Following many discussions with experts, researchers, various professional organisations (either pure logistics operators or the owners of real estate dedicated to that activity) I was able to carry out this documentary in five different companies operating in different spheres ; I came across men and women who worked every day to satisfy our essential needs but also our most futile or compulsive desires, fuelled by a consumer society permanently wanting more and more.
A journey through the realm of food distribution at FM Logistics, STEF and Biocoop, of luxury cosmetics, again with FM Logistics, of textile with the women’s clothes brand ba&sh, and of parcel delivery with Mondial Relay, on site in the greater Paris region and the Loiret.

This documentary was designed to spotlight those who are too often in the shadows, showing what many of us never see and ignore : the « back office » of our consumption of goods. As Washington, a materials handler for a parcel distribution company, said, « I think that many people don’t realise just how hard we work, they should come and see to understand ».

Sophie Loubaton

 

 


 

Photographies Sophie LOUBATON

Sponsor : MINISTÈRE DE LA CULTURE {BnF | Bibliothèque nationale de France



Vernissage : Mercredi 14 Février 2024 de 17h30 à 20h30
Du 15/02/2024 au 20/04/2024
Galerie FAIT & CAUSE
58 rue Quincampoixx
75004 Paris
France

Horaires : Du mercredi au samedi de 13H30 à 18H30
Entrée libre

Téléphone : 0142742636
contact@faitetcause.org
www.sophot.org