CONGO IN CONVERSATION

Prix Carmignac du photojournalisme - 11e


This post is also available in: Anglais

Le 11e Prix Carmignac du photojournalisme – consacré à la République Démocratique du Congo (RDC) – a été attribué au photographe canadien et britannique Finbarr O’Reilly. Son reportage a débuté en janvier 2020, avant l’irruption de la pandémie de coronavirus et le confinement de la planète. En raison de l’aggravation de la situation sanitaire et de la fermeture des frontières, un fonctionnement différent s’est imposé. Finbarr O’Reilly et l’équipe du Prix – en lien étroit avec le jury de la 11e édition – ont repensé les contours de ce travail face à la crise.

La Fondation Carmignac a ainsi l’honneur de présenter «Congo in Conversation», un reportage collaboratif, réalisé avec la contribution de journalistes et photographes locaux, qui documente les défis humains, sociaux et écologiques que le Congo affronte au temps du Covid-19. Basé sur un site Internet créé pour l’occasion et relayé sur les réseaux sociaux, Congo in Conversation est un flux continu et inédit d’écrits, de reportages photos et de vidéos, que les visiteurs peuvent consulter par thèmes et par contributeurs. Avec «Congo In Conversation» le Prix Carmignac offre à ces voix congolaises une tribune pour contribuer à la conversation mondiale, témoigner en commun de la situation sur le territoire de cet immense pays, et sensibiliser les opinions publiques.

Avec les contributions de :
Arlette Bashizi | Dieudonne Dirole | Charly Kasereka | Justin Makangara | Guylain Balume Muhindo | Guerchom Ndebo | Raissa Karama Rwizibuka | Moses Sawasawa | Pamela Tulizo | Ley Uwera | Bernadette Vivuya.

 

Finbarr O’Reilly
Finbarr O’Reilly, photographe indépendant et journaliste multimédia, est l’auteur d’un récit de souvenirs paru chez Penguin Random House en 2017, Shooting Ghosts, A U.S. Marine, a Combat Photographer, and Their Journey Back from War (La chasse aux fantômes, retour du front d’un Marine et d’un photographe de guerre). Finbarr O’Reilly a vécu 12 ans en Afrique occidentale et centrale et couvert vingt ans de conflits au Congo, au Tchad, au Soudan, en Afghanistan, en Libye et à Gaza. Choisi pour réaliser les images de l’exposition «Crossroads Ethiopia» autour du prix Nobel de la paix 2019 Abiy Ahmed Ali, il est fréquemment publié dans le New York Times et son travail lui a valu de nombreuses récompenses professionnelles, dont le premier prix dans la catégorie Portraits au World Press Photo Awards en 2019. Il a également été lauréat du World Press Photo of the Year en 2006.

 



Prix Carmignac du photojournalisme

En 2009, face à une crise des médias et du photojournalisme sans précédent, Édouard Carmignac crée le Prix Carmignac du photojournalisme pour aider les photographes sur le terrain. Dirigé par Emeric Glayse, le Prix Carmignac du photo journalisme soutient, chaque année, la production d’un reportage photographique et journalistique d’investigation sur les violations des droits humains dans le monde et les enjeux environnementaux et géostratégiques qui y sont liés. Sélectionné·e par un jury international, le·la lauréat·e reçoit une bourse de 50 000€ lui permet tant de réaliser un reportage de terrain de 6 mois avec le soutien de la Fondation Carmignac qui finance, à son retour, une exposition itinérante et l’édition d’un livre monographique.

 

Thématique
11e édition du Prix Carmignac du photojournalisme
La 11e édition du Prix Carmignac du Photojournalisme est consacrée à la République démocratique du Congo (RDC) et aux enjeux humains, sociaux et écologiques qu’elle affronte aujourd’hui.
Grand comme quatre fois la France, ce pays-continent irrigué par le fleuve Congo concentre d’immenses richesses naturelles et minérales : plus grande forêt pluviale après l’Amazonie, premier producteur de cobalt et de coltan (métaux stratégiques de nos équipements électroniques), deuxième producteur de diamants…
Mais la RDC, déchirée par des conflits intercommunautaires et politiques récurrents, accumule misères, épidémies et affrontements.
La République démocratique du Congo présente l’un des indices de développement humain (IDH) les plus faibles au monde. Son alphabétisation est en
hausse mais sa santé publique à l’abandon et les violences faites aux femmes et aux enfants y sont endémiques. Il possède les plus grandes ressources en eau douce d’Afrique mais a le plus faible taux d’accès à l’eau potable. C’est de même le pays le moins bien loti en matière d’infrastructures de transport de la planète.
Il est au premier rang de la déforestation et de l’accaparement des terres et des matières premières.
Le Prix Carmignac du Photojournalisme entend soutenir la production d’un projet journalistique et photographique qui documente ces réalités complexes, mais aussi les raisons d’espérer pour les 90 millions d’habitants de la République démocratique du Congo, dont 60 % ont moins de 20 ans : initiatives dans l’éducation et la santé, actions de préservation de la faune, et luttes contre les trafics, la corruption et la mainmise de quelques individus et des multinationales sur les exploitations minières.

 



 

Photographies Finbarr O’Reilly

Du 06/01/2021 au 27/01/2021
Exposition sur les grilles de la Tour Saint-Jacques
Rue de Rivoli
75001 Paris
France

Horaires : 24HS / 24HS
Téléphone : +33 1 7095 5384
presse@prixcarmignac.com
www.fondationcarmignac.com